Face à l’entrée du Château Nelson, un magnifique parc subdivisé par une allée centrale qui, entre les platanes séculaires et les eucalyptus (les premiers à avoir été plantés en Sicile), présente un musée en plein air de sculptures en pierre de lave.


Les sculptures furent réalisées directement dans le parc entre le 27 septembre et le 7 octobre 1990, à l’occasion d’un symposium international de sculpture ayant pour thème « La liberté » organisé au château Nelson. Sous le patronage de la région, de la province et de la Commune, l’initiative était due à un professeur originaire de la ville, M. Nunzio Sciavarrello. Ce dernier fit appel à la collaboration du Ce.p.i.s. et de l’institut pour la culture et l’art de Catane. L’objectif du symposium était de « constituer le noyau initial du seul musée de sculpture moderne en plein air de Sicile » et de « favoriser la renaissance de cet artisanat de tailleurs de pierre qui nous a laissé au fil du temps des signes et des formes d’une beauté extraordinaire dans le centre historique » (paroles prononcées par le sénateur Pino Firrarello, alors président du comité organisateur). Au cours des dix jours du symposium, sous le regard attentif de nombreux visiteurs, les sculptures furent réalisées à partir de gros blocs de pierre de lave transportées des carrières de Nicolosi, Belpasso et Bronte, directement sur les prés au milieu de la riche végétation du parc. Un véritable atelier au grand air organisé sur l’une des zones planes, avec la participation notamment de plusieurs tailleurs de pierre du territoire.

19 œuvres de différentes tailles furent réalisées. Elles reflètent des caractères expressifs divers. Les visiteurs venus en nombre de différentes régions de l’île observèrent les sculpteurs à l’œuvre. Parmi ces artistes, des italiens ayant désormais atteint un niveau de notoriété qui va au-delà de la botte, et aussi de nombreux sculpteurs internationaux.

En mai 2004, les sculptures furent déplacées et réinstallées suivant une nouvelle configuration d’exposition mise en valeur par des lumières qui permettent de les admirer en nocturne. Certaines œuvres (par exemple « La farfalla » (‘le papillon’) en basalte poli réalisée par Giuseppe Pravato), ont été placées à l’intérieur du nouveau musée de la pierre lavique et des traditions artisanales et agricoles de l’Etna, inauguré au même moment.

Cet événement sculptural a eu lieu au Château Nelson, un ensemble architectural imposant, comprenant notamment l’abbaye de Santa Maria, qui recèle en son périmètre des structures murales stratifiées remontant à 1040. L’église originelle, voulue par le général byzantin Giorgio Maniace a connu de nombreux ajouts, restructurations et agrandissements au fil des siècles. Le couvent, bâti suivant le souhait de la reine Marguerite de Navarre, date de 1173. Au XIXe siècle, l’abbaye fut transformée en Château seigneurial par l’amiral anglais Horace Nelson, auquel le roi de Naples l’avait offert à la fin du XVIIIe avec le titre de Duc de Bronte pour le remercier de l’aide apportée par l’Amiral lors de la répression des mouvements de révolte de Naples. Par la suite, l’ensemble architectural et ses terrains furent transmis par héritage aux vicomtes de Bridport et enfin achetés par la Commune de Bronte le 4 septembre 1981.

Le début du musée a été créé dans la partie du parc sur laquelle s’ouvre le bâtiment XIXe, avec 18 des 19 œuvres exécutées au cours de l’événement. Les sculptures ont été placées en plein air suivant un dessein plastique et formel qui tient compte des équilibres environnementaux des lieux.